Contre l’arbitraire du signe