Sade-Houellebecq, du boudoir au sex-shop